07 september 2017

Des valeurs HDL élevées sont néfastes, selon une étude danoise

 

Le HDL semble pouvoir être à la fois tout aussi mauvais et tout aussi bon que le LDL, selon une étude danoise réalisée à l’Université de Copenhague. Les chercheurs y ont démontré que le groupe de personnes présentant des valeurs extrêmement élevées de bon cholestérol présentait un taux de mortalité plus élevé que les personnes ayant des valeurs normales.

Les hommes dont les valeurs HDL étaient très élevées affichaient un taux de mortalité supérieur de 106% par rapport au groupe ‘normal’. Les femmes présentant des valeurs HDL extrêmement élevées avaient un taux de mortalité supérieur de 68%.

« Ces résultats bousculent de fond en comble notre manière de considérer le ‘bon’ cholestérol. Les médecins comme moi-même avions jusqu’ici l’habitude de féliciter nos patients quand ils présentaient des valeurs très élevées de HDL dans le sang. Mais ce taux de mortalité dramatiquement plus élevé montre bien à quel point nous étions dans l’erreur », a expliqué Børge Nordestgaard, professeur en médecine clinique et l’un des auteurs de l’étude. Les chercheurs ont analysé les données de 116.000 patients de Copenhague ayant participé à une étude cardiaque, en combinaison avec les chiffres de mortalité de l’État civil danois. Ils ont suivi les patients pendant six ans, en moyenne, et ont constaté un peu plus de 10.500 décès, sur la base de l’étude.

Les résultats ont donc montré que les hommes présentant des valeurs HDL extrêmement élevées connaissaient un taux de mortalité supérieur de 106% à celui des hommes ayant des valeurs HDL normales. Les femmes présentant des valeurs HDL extrêmement élevées avaient quant à elles un taux de mortalité supérieur de 68% à celui du groupe ‘normal’.  

Les hommes ayant un HDL très élevé présentaient aussi un taux de mortalité plus élevé de 36%. 0,4% des hommes et 0,3% des femmes qui ont participé à cette étude présentaient des valeurs de HDL très élevées, et 1,9% des hommes avaient un taux élevé de HDL. L’étude a aussi permis de constater une mortalité excessive parmi les personnes présentant des valeurs de HDL extrêmement basses. Ce sont finalement les personnes présentant un taux de HDL moyen qui connaissaient le taux de mortalité le plus bas. Pour les hommes, ce niveau était de 1,9 mmol / L. Pour les femmes, il était de 2,4 mmol / L.

Des études américaines antérieures avaient démontré des corrélations comparables entre le bon cholestérol et une mortalité excessive dans des groupes spécifiques de la population, mais c’est bien la première fois qu’une mortalité excessive est démontrée dans l’ensemble de la population.

Marc van Impe

Source: http://healthsciences.ku.dk/

 

19:15 Gepost door Marc van Impe | Permalink | Commentaren (0)

03 september 2012

Zonder professoren

De Nederlandse Parijzenaar Willem Frederik Hermans schreef ooit in Onder professoren: “Ik heb altijd gelijk”. Hij had gelijk. Het is altijd hetzelfde. Schrijf je een stukje over een belangrijk nieuwsfeit en citeer je een buitenlander dan ben je zowat een landverrader. Hebben wij misschien geen waardevolle wetenschappers? Hoe vaak heb ik die vraag al moeten horen. Natuurlijk wel. Maar die hebben zo hun eigenaardigheden. Zo mail of zend ik minstens eenmaal per week een bericht uit een vaktijdschrift naar een min of meer geleerde professor met verzoek om een reactie. U kunt zelf nagaan hoe vaak onze academici aan het woord wensen te komen. En ik beperk me niet tot de academische speeltuin. Ook in de periferie zijn er heel wat verstandige collega’s van de geleerde vrouw te vinden. Laatst was het weer zover. In de Journal of the American Heart Association stond een artikel over een onderzoek dat uitwees dat de zogenaamde “goede” cholesterol HDL, in combinatie met apolipoproteïne C-III net zo schadelijk is als de verdoemde LDL.  En dat apoC-III diezelfde LDL dodelijk maakt. Scientific American nam het artikel over en noemde het een van de spraakmakende artikels van dit jaar. Niet voor ons Belgisch publiek. “Ik heb dit alles besproken met Dr D., hier gekend als de man van  de studies,” meldt ons de ziekenhuiswoordvoerder. “Hij ziet geen meerwaarde in de studie, en denkt ook dat dit de meeste medici niet zal interesseren.” Ach, zegt de geleerde vrouw, trek het je niet aan en ze citeert Mahatma Ghandi: eerst negeren ze je, dan lachen ze je uit, dan bestrijden ze je en dan win je.” Gandhi citeerde op zijn beurt Schopenhauer die zei: “Elke waarheid doorloopt drie stadia voor ze erkend wordt. Eerst wordt ze belachelijk gemaakt. Vervolgens wordt ze bestreden. En tenslotte wordt ze als vanzelfsprekend geaccepteerd.”  En de Amerikaanse vakbondsman Nicholas Klein voegde daar aan toe: "En bouwen ze monumenten voor je.” We bevinden ons dus in goed gezelschap.  Zonder professoren.

Marc van Impe

11:09 Gepost door Marc van Impe | Permalink | Commentaren (0)