23 december 2015

Een kwestie van gezond verstand

Er bestaat niet zoiets als een mannen- of vrouwenbrein, lees ik in de krant. Er bestaat in elk geval wel zoiets als serendipiteit. Onderweg tussen Kortenberg en Alsemberg word ik diezelfde middag gebeld door dokter Toon Goossens. Het gaat langzaam en we praten zonder handen, dus ontspint er zich een aangenaam gesprek. Het blijkt dat ik een lezer heb. Meer nog, een iemand die niet om de haverklap met wijsneuzige opmerkingen van een boer met kiespijn op zijn klavier gaat rammen, maar een fijngevoelig en fijnzinnig mens die een goed stukje column weet te waarderen. De man kan zelf aardig met taal en gedachte overweg en is auteur van een boek teweeg. Hij meldt me dat hij een fragment uit een vorige column van mij wil gebruiken. Of ik me daarin kan vinden ? Gezien ijdelheid me zeker niet vreemd is, en ze op dat moment in een droevige verkeerssituatie overmatig gestreeld wordt, stem ik toe. Maar wat heb ik toen eigenlijk geschreven dat het citeren waard is ?


Ik citeer het citaat: (Marc van Impe) verhaalt hoe hij op een congres in Boston vier vrouwen ontmoette die op de luchthaven hun bagage verspeeld hadden en bijgevolg een weekend zonder de vertrouwde make-up en schone lingerie tegemoet gingen. En dan beschrijft hij de superioriteit van de vrouw: "Geen gevloek, geraas of gedaas zoals je dat van mannen mag verwachten, maar de intelligente reactie dat we zeker een oplossing voor dit basaal probleem zouden vinden." De verdere ontwikkeling is dan ook zeer positief: "Ze kochten nog vóór het congres bij Victoria's Secret een paar nieuwe setjes elegante luchtigheid, een sjaal en een jas op kosten van Delta Airlines, en een nieuwe dag- en nachtcrème. De juiste prioriteiten waren gesteld, de dag kon niet meer stuk."


En dan gaan de gedachten van de auteur spontaan naar Melvin Konner, eerst over de vaak al te gewelddadige instelling van mannen: "Alleen mannen kunnen drager zijn van een specifiek stukje DNA, SRY genaamd, dat ervoor zorgt dat ze een zeer toegenomen risico hebben niet alleen gewelddadig uit de hoek te komen, maar ook zelf het slachtoffer te worden van dodelijk geweld.  Meer dan 90% van de misdadigers zijn drager van dit gestoorde gen wat staat voor ‘Sex determining Region of Y chromosome', en bijna de helft van alle mannen lijdt aan hetzelfde falen.  Er valt niets aan te doen, het is een biologisch lot.  Maar dan wel een lot dat voor heel wat ellende gezorgd heeft en nog zorgt."  Ik concludeer: het is hoogtijd dat veel van dat soort mannelijkheid de plaats ruimt voor vrouwelijkheid.  En nu laat ik, in navolging van mijn favoriete blogschrijver, Melvin Konner zelf aan het woord. Ladies and gentlemen, fasten your seat belts. Hier gaan we…


"Niet alleen zijn vrouwen beter geschikt om een situatie te evalueren en daarop te reageren, ze zijn ook betrouwbaarder, eerlijker, meer fair, ze werken harder en spelen eerlijker, ze zijn relatief onafhankelijker van hun seksuele driften, zijn minder bevooroordeeld, minder bijgelovig en minder agressief. Ze leven langer, hebben over het algemeen een lagere morbiditeit en mortaliteit op elke leeftijd, hebben meer afweer tegen allerlei ziekten, hebben minder hersenafwijkingen die leiden tot afwijkend of destructief gedrag, ze lopen minder kans verslaafd te worden en boven alles, ze kunnen uit hun eigen lichaam nieuw leven creëren.  En daar hebben ze binnenkort geen mannen meer voor nodig."


Persoonlijk onderschrijf ik dat alles niet zonder meer. Maar als de helft ervan waar is, is het ook al de moeite.


In dezelfde blog lees ik nog waarom mijn eigen vak, geneeskunde, zo snel vervrouwelijkt. Aan het woord is de voorzitster - een vrouw dus - van de American Association of Anatomists: "Vrouwen zijn betrouwbaarder in hun diagnose, geduldiger, empathisch, en minder pretentieus dan hun mannelijke collega's.  Dat wordt door patiënten en collega's geapprecieerd.  Bovendien zijn vrouwen veel zelfzekerder."  Als ik me niet vergis, hebben we dergelijke taal in de loop van onze "speurtocht naar het vrouwelijke in de mens" al eerder gehoord.  Er zal dus wel iets van aan zijn…


Ik ben content van mijn eigen, zoals mijn oma zou gezegd hebben. Terug van mijn afspraak lees ik in de krant waarmee ik deze column begon, dat elk brein een volstrekt uniek mozaïek van kenmerken is die in meerdere of mindere mate vrouwelijk of mannelijk zijn. "We moeten stoppen met termen als vrouwelijke en mannelijke hersenen", zegt de Israëlische neuro- en gedragswetenschapper Daphna Joel. "Er zijn niet slechts twee vormen. Als het om de hersenen gaat is er sprake van veelvormigheid." De studie waarop Joel zich baseert, 'Het mozaïek van het menselijk brein', staat sinds 1 december in het tijdschrift PNAS. Joel stampt daarmee een open deur in.


Als man en liefhebber van vrouwen, als oprechte bewonderaar weet ik uit ervaring dat het vrouwelijk brein als een zomerdag aan zee is. Het kan prachtig zeilweer zijn, de dag belooft stralend te worden, met dank aan de anticycloon van de Azoren die haar humeur bepaalt. Maar achter ons ontwikkelt zich een kanaalrat die zorgt dat onze adrenaline de hoogte wordt ingejaagd. En dat we als "apparent rari nantes in urgite vasto". Allemaal onze eigen schuld, alleen weten we dat net als Aeneas nog niet. Waarna ze weer over gaat in een vredige vlakte van zoute soep.


Uiteraard zijn er geen algemene fysieke verschillen tussen mannen- en vrouwenbreinen. Er zijn wel ontwikkelingsverschillen. En bij sommigen ontwikkelen de hersenen zich tot een reptielenbrein. Die kom je in mijn vak ook wel eens tegen.


Als het boek van dr. Toon Goossens verschijnt zullen we u dit zeker melden.
 
Marc van Impe

Bron: Medi Quality

10:10 Gepost door Marc van Impe | Permalink | Commentaren (0)

22 december 2015

A chacun sa solution

La question est de savoir quelle est la bonne foi ? Je crois que je suis plus juif que catholique. Voici comment m’est venue cette idée: je lisais dans une copie du Wall Street Journal qui traînait sur le bar de mon bistrot préféré en face du Berlaymont, la rubrique de conseils de Dan Ariely, professeur d’université américain et auteur de ‘Predictably irrational.’ Le titre me donne envie de télécharger la version électronique de cet ouvrage. Ariely affirme que ses lecteurs ne veulent pas entendre parler de ce qu’ils doivent faire, mais ils veulent en revanche savoir comment ils doivent envisager leurs problèmes. Il espère que les gens feront ainsi moins d’erreurs. Car nous créons nous-mêmes la plupart des tragédies de notre vie. Les questions reçues par Ariely ne sont pas moins sérieuses et pertinentes. Le Wall Street Journal n’est d’ailleurs pas non plus une publication pour les petits rigolos et les amateurs de sensations fortes. Car ici, on travaille sérieusement.
Un lecteur qui venait d'être paralysé, demanda ainsi s'il devait se suicider. Ariely, qui a lui-même survécu à un accident très grave – adolescent, il fut brûlé au troisième degré sur septante pour cent de son corps – ne cherche pas à éviter de répondre à de telles questions. Il en fut de même avec la question de savoir si c'était une faute d'avoir des phantasmes sexuels, comme celui de faire l'amour avec une autre femme, tout en honorant sa partenaire régulière. Un sujet délicat dont j'ai à l'occasion discuté avec mon ami le psychanalyste. Selon lui, il faut tout simplement traduire ses phantasmes dans la réalité. Ariely répond à la question en se basant sur l'attitude de deux religions: le catholicisme et le judaïsme. Pour les catholiques, les pensées peuvent constituer des péchés. Elles sont toutefois libres pour les juifs. Mais qu'est-ce qui est le plus grave en définitive, demande Ariely, le fait que vous ayez des phantasmes ou le fait que votre partenaire ne les connaît pas ? Et si vous le vouliez, comment feriez-vous pour les évoquer de la meilleure façon possible ? Certains défendent la position selon laquelle les rêves éveillés en disent bien plus sur la nature profonde de l'être humain que d'autres pensées, parce qu'il nous est possible d'influencer ces dernières. Mais il dit bien que les gens choisiront d'abord le confort et la sécurité, alors qu'il vaut souvent mieux prendre des risques et se livrer à des expériences.  
Cela me rappelle un vieil ami qui, arrivant à la moitié de la cinquantaine, décida qu'il était temps pour lui de laisser derrière-lui le train-train quotidien et les pressions de notre existence quotidienne. Il vendit donc tout ce qu'il possédait, mit une fin à sa carrière médicale bien remplie, suivit des cours de cuisine, apprit l'œnologie et partit pour les Cévennes dans l'intention d'y exploiter un gîte. Sa première femme eut vite fait de s'en faire une opinion. Sa nouvelle femme le quitta rapidement pour un de ses hôtes. Après deux ans de routine et de solitude sur une montagne de cailloux, après avoir eu de temps à autre un flirt qui ne comprenait pas le français, il se retrouva à côté de moi sur une petite terrasse du Sablon. Il est assis à la table en fer de la terrasse chauffée; fin de la cinquantaine, petit, musclé, le visage buriné, brûlé, portant la moustache mince et petite. Il tira une bouffée sur sa Gitane. Disait ‘quoi ?' à tout bout de champ et remettait donc tout en question. Est-ce que je n'aurais pas, par hasard, une amie libre à lui proposer ? Il avait perdu toutes ses illusions, voulait reprendre ses activités dans une clinique mais s'irritait déjà en songeant à tous les collègues potentiels qu'il allait devoir fréquenter et avait atteint une phase de développement que j'espère bien ne jamais atteindre. Il avait tourné la page du rêve. Il contemplait sans vergogne les ingénues bruxelloises qui exhibaient par ces chaleurs automnales, loin jusqu'au-dessus de leurs bottes, leurs jolies jambes parées de nylon noir. «A thing of beauty is a joy for ever" (Une chose de beauté est une joie pour l'éternité), c'est ainsi que débute "Endymion", le poème écrit par John Keats en 1818. Oscar Wilde, mais c'était un irlandais et non un juif, en aurait fait, ou aurait pu en faire, «A dirty mind is a joy forever.» (Un esprit libertin procure une joie sans fin). Mais en est-il réellement ainsi ? A voir la tête que faisait mon ami, je constatai qu'il n'en avait pas retiré beaucoup de plaisir. 
Ariely n'est pas arrivé au bout, et moi non plus d'ailleurs, mais j'aurais tendance à aller vers le judaïsme.
Son nouveau livre, ‘Irrationally yours', vient de sortir. Il s'agit d'un recueil de ses colonnes publiées dans le Wall Street Journal. La traduction néerlandaise, ‘Ariely weet raad' (Ariely vous conseille), publiée chez Maven Publishing et coûte 17.50€.
 
Marc van Impe

Source : MediQuality

Nederlandstalige versie zie: Een kwestie van het juiste geloof

21:20 Gepost door Marc van Impe | Permalink | Commentaren (0)

Fraude aux CT-scans: "Les pommes pourries sont dans la corbeille depuis trente ans déjà"

Je n’ai pas été particulièrement étonné ni consterné par l’information selon laquelle des fraudes aux CT-scans représentant plusieurs millions d’euros ont été commises dans nos hôpitaux belges. Et je ne le suis pas moins non plus par le fait que les pouvoirs publics ne doivent pas compter sur les services d’inspection de l’INAMI pour dépister ces abus commis aux dépens de l’assurance maladie-invalidité. Cela résulte du fait que la fraude constitue une part fondamentale de la politique financière de nos hôpitaux. Ce n’est que maintenant, en effet, que le SECM (Service d’évaluation et de contrôle médicaux) a décidé de prendre l’affaire en main, ou plus précisément depuis que le travail préparatoire au changement du modèle de financement a réellement commencé, et qui va encore prendre toute une législature. Mais j’écarquille les yeux quand je lis que Raf Mertens, directeur général du KCE, et ancien responsable du service d’études de la MC, temporise aujourd’hui en déclarant qu’il y a encore fort à faire pour s’attaquer à la surconsommation qui existe encore dans les secteurs du diagnostic et de l’imagerie médicale.
"Bien que ce soit bien sûr autre chose que de la fraude. Mais s'attaquer à la surconsommation peut aussi donner d'importants résultats." Les hôpitaux ne commettent donc pas de fraude, ils font de la surconsommation.
Il y a trente ans, lorsque l'érudite épouse entama sa carrière clinique dans un grand hôpital de Flandre-Occidentale, elle fut rappelée à l'ordre par la direction après deux mois environ: elle avait autorisé l'achat d'un nouvel appareil digital d'électroencéphalographie (EEG) et celui-ci devait donc être rentable. Chaque patient avait quand même le droit de bénéficier d'un EEG ? Ou non ? Elle fut aussi poliment priée d'être plus solidaire avec tous ses autres collègues et leur envoyer un peu plus de patients… Lorsqu'elle quitta cet hôpital, on lui exigea le versement d'une somme supplémentaire parce qu'elle n'aurait pas effectué suffisamment de prestations techniques. Il n'y eut pas la moindre réaction de l'INAMI, ni du cabinet Dehaene à la suite de la plainte qui avait été déposée à ce sujet. Elle perdit son procès contre l'hôpital car le tribunal jugea que celui-ci n'avait fait qu'appliquer les us et coutumes de la région.
Il y a une quinzaine de jours environ, un médecin néerlandais qui effectue son travail de doctorat chez nous, exprima son étonnement du fait que les patients de son hôpital universitaire devaient chaque fois se soumettre aux mêmes examens de routine. Ne pouvait-on pas aborder cela plus simplement ? Ne disposaient-ils pas d'un Dossier Médical Electronique (DME) ?  
Dirk van Duppen, de l'organisation ‘Médecine pour le Peuple',  a mis le doigt sur la plaie: "Plus on fait d'examens, plus les revenus de l'hôpital et du médecin augmentent. Cela entraîne des abus."
La ministre libérale déclare qu'il faut éliminer les pommes pourries, mais elle ferait mieux d'en sélectionner les pommes intactes ou alors de jeter toute la corbeille.
Le SECM, composé d'anciens cadres des mutuelles qui sont donc les gestionnaires des hôpitaux, aura encore beaucoup de travail à faire pour lutter non pas contre la fraude mais bien contre la surconsommation.
 
Marc van Impe

Source: MediQuality

Nederlandstalige versie zie: De rotte appels liggen al dertig jaar in de mand.

12:22 Gepost door Marc van Impe | Permalink | Commentaren (0)