24 december 2015

Nous vous souhaitons une douce fête de Noël

Après une telle année, à quoi pouvons-nous encore nous attendre et que pouvons-nous encore nous souhaiter sinon que tout aille mieux ? Les vœux de Noël peuvent se métamorphoser assez rapidement en une sorte de rapport annuel. Une récapitulation d’événements, positifs et négatifs, déposée sur la balance, et accompagnée le cas échéant d’un commentaire de la main du président du conseil d’administration en personne. Je ne souhaite pas l’aborder de cette manière en ce qui me concerne.


Je donne mon dernier cours de l'année une semaine avant Noël. Un gigantesque sapin de Noël se dresse à cette période dans le grand hall de Tour et Taxis, le site qui héberge notre campus. L'espace s'y prête fort bien. Le kitsch et les sentiments peuvent ici s'exprimer largement. Il y a deux ans, j'avais demandé aux étudiants de première année d'écrire un papier reflétant leur vision de la Noël. Le résultat fut consternant. La mort du Christ et la messe de minuit ne furent ainsi évoquées que par une seule étudiante, la grande majorité préférant parler des petits cadeaux, des réunions de famille, de la dinde farcie et des bûches de Noël à la crème au beurre. Mais le plus déconcertant fut le rapport de mes quatre étudiants allochtones qui n'étaient en rien au courant des raisons qui nous faisaient célébrer Noël. Ce n'était pour eux que la deuxième fête d'une série de festivités hivernales qui commençait par la Saint-Nicolas et se terminait avec le Carnaval. Mais ils avaient surtout retenu de cette période la multiplication des contrôles d'alcoolémie le long des routes. Pas un mot sur la naissance de l'infant Isa, comme il est appelé dans le Coran.


Ce qui me fait quand revenir au rapport annuel. 2015 aura été l'année du grand renversement, de la confrontation entre deux modèles culturels. L'année au cours de laquelle l'idéalisme et la naïveté  se sont mués en méfiance et en frustration. Cinquante ans après le démarrage de l'émigration des pays de l'Islam, nous en sommes revenus au même point. J'espère que nous serons en mesure de prendre un nouveau départ. 

 
C'est en préparant notre déménagement il y a deux mois environ que j'ai retrouvé les lettres de Nouvel An de mes enfants. L'époque était aussi sombre, mais elles ne contenaient pas un mot à propos de Septembre Noir, de la Fraction Armée Rouge, des CCC ou de la Bande de Nivelles. Il y avait au contraire des scènes de Bethléem – il y a 2000 ans-, des rennes attelés à un traîneau, des paysages hivernaux de Brueghel. Comment faire pour inclure toutes ces nouveaux sinistres dans un message de Noël, qui déborde normalement de meilleurs vœux, de beaucoup de bonheur et de joie, d'allégresse dans un paysage enneigé qui réchauffe nos cœurs et nos pensées. La première des fêtes des festivités hivernales avait déjà mal commencé. Le Saint qui devait amarrer tout juste ici devant la porte est resté à quai en Espagne, sur ordre de police. La phase 4 a même contraint le cirque d'hiver à démonter son chapiteau. Les petits-enfants sont endurcis à un âge fort précoce en cette époque. Je vous souhaite ainsi qu'à ces enfants beaucoup d'amitié. Il y a un proverbe arabe qui dit ceci: un ami est quelqu'un à qui tu peux confier tout ce que tu as sur le cœur, lui parler du bon grain et de l'ivraie, quelqu'un dont vous savez qu'il triera tout cela avec amour, en gardera ce qui en vaut la peine et laissera le vent emporter doucement le son.


J'aime cette idée – et puissions-nous avoir le plaisir de nous retrouver l'année prochaine en chair et en os et en bonne santé. En attendant, je vous souhaite déjà ainsi qu'à votre famille tous mes meilleurs vœux, une belle fête de Noël et un Nouvel An béni du ciel.
 
Marc van Impe

Source: MediQuality

Nederlandstalige versie,  zie : Een zalige Kerst gewenst

 

13:54 Gepost door Marc van Impe | Permalink | Commentaren (0)

De commentaren zijn gesloten.